Belga

La mise en oeuvre de cette politique se poursuit d'ailleurs. Un nouvel appel à projet a été lancé à destination des pôles.
Le plan Marshall commence à engranger des résultats concrets, juge le ministre-président wallon Rudy Demotte. Il en veut pour preuve la mise en place des 5 pôles de compétitivité à la suite des trois premiers appels à projets et les 5.819 emplois qu'ils généreront à terme.

La mise en oeuvre de cette politique se poursuit d'ailleurs. Un nouvel appel à projet a été lancé à destination des pôles. Les projets issus de l'appel spécifique "développement durable", qui s'adressaient tant aux 5 pôles qu'aux différents clusters (grappes d'entreprises d'un même secteur), ont quant à eux été labellisés. Sur la base des recommandations d'un jury indépendant, 18 projets ont été retenus pour un montant de 42 millions d'euros. Ils visent des domaines divers, notamment l'éco-construction et la possibilité de la rendre accessible au plus grand nombre. Le gouvernement s'attend à la création de 1.589 emplois.

Selon le ministre de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, la réputation des pôles wallons commence à dépasser les frontières. "Les échos sont flatteurs. Aujourd'hui, on vient de plusieurs pays pour voir comment on a mis en place les pôles de compétititivé", a-t-il affirmé.

Le volet recherche des pôles rencontre un franc succès, a assuré la ministre de la Recherche, Marie-Dominique Simonet: "on a largement dépassé l'enveloppe prévue", a-t-elle annoncé, en précisant avec M. Marcourt qu'il est convenu d'opérer des glissements budgétaires entre les pôles voire au sein même du plan Marshall pour disposer des ressources nécessaires.
Parallèlement à la mise en oeuvre du plan tel qu'il a été élaboré en août 2005, le gouvernement réfléchit déjà à son avenir et à sa pérennité, même si, concède-t-il, il s'agira d'une responsabilité du prochain excécutif. "Je réponds aux demandes des entreprises et des universités qui souhaitent se mettre maintenant au travail, même si ce sera la responsabilité de la prochaine législature. Au moins, le prochain gouvernement n'aura pas un page blanche", a indiqué M. Marcourt.
Le gouvernement wallon a tenu jeudi sa 15e séance de suivi du plan, trois ans après son lancement. L'évaluation globale proprement dite aura lieu au début de l'année 2009. Si, à entendre M. Demotte, les résultats et les avancées sont déjà considérables, la dynamique du plan est celle du moyen et du long terme, a-t-il rappelé. "L'outil du plan Marshall n'est pas un outil de propagande électorale à court terme. Il ne sert que les générations qui viennent", a-t-il expliqué.

Voir: http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/446634/premiers-resultats-concrets-pour-le-plan-marshall.html