Jean-Pierre Largillet, le 13 octobre 2009 

La 5ème édition du Forum, les 5 et 6 novembre au CICA de Sophia Antipolis, réunira plusieurs grands acteurs de l'économie internationale, dont Christine Lagarde, ministre de l'économie, sur le thème "World Class Clusters : une stratégie d'innovation internationale". 
Sophia Antipolis sera une nouvelle fois au cœur de l'élaboration de la nouvelle stratégie économique à travers le Forum annuel des Pôles de Compétitivité dont la 5ème édition se tiendra les 5 et 6 novembre au CICA (Centre international de communication avancée). Quelle stratégie internationale pour les pôles de compétitivité ? C'est la question centrale posée derrière le thème 2009 : "World Class Clusters : une stratégie d’innovation internationale". Aujourd'hui, les Pôles de Compétitivité après avoir été lancés en 2005, terminent leur phase "1.0" de  montée en régime. L'objectif est maintenant de mettre les efforts sur la coopération internationale entre clusters.

La Côte d'Azur particulièrement impliquée dans la politique des pôles

Plusieurs grands acteurs de l'économie mondiale, seront à Sophia pour traiter de cette nouvelle stratégie d'innovation internationale. Christine Lagarde, Ministre de l'Économie, de l’Industrie et de l'Emploi ouvrira le Forum en compagnie de Tea Petrin, ancienne ministre de l’économie de Slovénie, présidente de l’European Cluster Policy Group, le groupe d’experts indépendants désignés par la Commission européenne pour réfléchir à la politique européenne des clusters. Invité d’honneur du Forum, Frieder Meyer-Krahmer, Secrétaire d'Etat, Ministère Fédéral allemand de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche expliquera comment fonctionne dans son pays le soutien aux clusters d’excellence (programme Spitzencluster). M. Min, Ministre de l'Economie de la connaissance de Corée du Sud, un pays qui développe une forte politique d’innovation, participera également à la manifestation. Christian Estrosi, Ministre chargé de l’Industrie viendra clôturer les débats de la première journée du Forum.

Il faut rappeler que, créés en 2005, les pôles de compétitivité ont pour finalité le développement d’entreprises capables de mettre sur le marché mondial des produits et services innovants et compétitifs. Ils doivent désormais penser stratégie et coopération internationale afin de faire émerger et d’organiser les grands ensembles industriels de demain capables de concurrencer les multinationales des pays émergents comme la Chine et l’Inde mais également des Etats-Unis. A ce jour, on recense en France 71 pôles de compétitivité : 7 sont des pôles dits mondiaux et 10 à vocation mondiale. Ces projets représentent un montant de dépenses de R&D de près de 4 milliards d’euros et impliquent 14 000 chercheurs. La Côte d'azur, par ailleurs, est particulièrement impliquée dans ce processus puisque qu'elle est associée à 8 pôles dont plusieurs mondiaux ou à vocation mondiale (pôle SCS, pôle Mer, pôle risque, Optitec, pôle PASS, etc.).

La phase "2.0" vient de commencer

La phase "2.0" de la politique des pôles vient de commencer et se terminera en 2011. Il n’est pas prévu de labelliser de nouveaux pôles sauf dans le domaine des écotechnologies. Suite à un appel d’offres clôturé le 2 octobre, on devrait connaître en décembre la liste des pôles centrés sur les écotechnologies qui ont été sélectionnés. La phase "2.0" prévoit également de soutenir les start up, de favoriser les projets structurants comme les plates-formes d’innovation (35 projets ont été présélectionnés), et de mobiliser le financement privé.

Dans le domaine de l’international, objet du prochain Forum de Sophia Antipolis, il est également prévu de favoriser la mise en place d’Ambassadeurs des pôles sur le modèle imaginé par le cluster dano-suédois Medicon Valley. Ce soutien public devrait permettre l’échange d’un membre de la gouvernance d’un pôle français et d’un cluster étranger. Plus généralement, l’objectif est de créer des réseaux de clusters en Europe et au-delà, sur des thématiques sectorielles ou horizontales (par exemple : matériaux composites avec aéronautique) ou pour faire émerger des marchés nouveaux. Toutefois, d’autres formes de coopération peuvent être envisagées.

L'internationalisation des produits et services issus des pôles

A Sophia Antipolis, pour la première journée du 5 novembre, de nombreux pôles français et internationaux viendront témoigner des partenariats déjà mis en œuvre et débattre de sujets cruciaux pour l’internationalisation des produits et services qui en sont issus. Comment coopérer, avec qui, et dans quelles conditions, pour quels objectifs, telles sont quelques-unes des questions abordées lors du Forum.

Les débats réuniront :

des pôles de compétitivité/clusters tant français qu’internationaux tels que Medicon Valley (Danemark, Suède), Cambridge Network, etc. Les pôles ayant déjà mis en œuvre des stratégies internationales viendront porter leur témoignage, dire leur succès et leurs difficultés. Par exemple, le pôle System@tic qui 2 a passé des accords avec des clusters aux Pays-Bas, en Allemagne et en Suède, le pôle Aerospace Valley lié à des clusters allemands, Industries et Agro-Ressources lié à des clusters au Canada, en Hongrie et en Belgique , le pôle Axelera qui développe clairement une filière chimie-environnement unique dans le monde des clusters ,ou encore le pôle Solutions Communicantes Sécurisées qui coopère avec le Maghreb.
les pouvoirs publics français : Ministère de l’Economie de l’Industrie et de l’Emploi, Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, CDC Entreprises …
les représentants de la Commission européenne et en particulier la DG Entreprises et Industrie
des représentants d’administrations européennes mais également asiatiques qui s’interrogeront sur le modèle français des pôles de compétitivité et sur l‘avenir des méta- clusters européens ;
des financiers, des "venture capitalists" et des banquiers qui poseront la question du financement des entreprises dans ces clusters et de l’approche financière induite. Ce thème crucial pour le développement des entreprises des pôles sera largement abordé avec la présence de CDC Entreprises, de Sofinnova et du fondateur du capital risque israélien, Yigal Erlich, président de Yozma management.

Zoom sur la politique européenne des clusters

L’Europe demeure le partenaire privilégié des pôles français pour leur internationalisation, notamment du fait de l’existence de clusters matures dans les différents pays européens et de la plus grande facilité à instaurer des relations bilatérales entre ces clusters. La communication du Conseil de Compétitivité de l’Union européenne sur la nécessité de disposer de clusters de taille mondiale, adoptée lors de la présidence française de l’UE, et présentée lors du Forum des pôles 2008, renforce la dynamique de coopération entre clusters européens (mise en réseau interclusters par exemple) et l’échange systématique de bonnes pratiques.

La Commission européenne conduit actuellement une réflexion confiée à un groupe de travail visant à faciliter une nouvelle politique favorisant l’émergence de méta-clusters et de hubs technologiques. Il s’agit de l’European Cluster Policy Group dont Pierre Lafitte est Président d’honneur. Le vendredi 6 novembre, l'Alliance Européenne des Clusters et l’Observatoire Européen des Clusters feront donc le point sur leurs travaux et les avancées concrètes des phases 2 des programmes européens en présence de nombreux participants venus d’Espagne, d’Allemagne ou de Suède, mais également de pays de l’Euroméditerranée intéressés à leur tour par une politique de l’innovation et du développement économique par les clusters. Enfin, Nikos Pantalos, DG Entreprises et Industrie, Commission européenne précisera les orientations de la politique européenne des clusters pour les 3 prochaines années.

Voir: http://www.webtimemedias.com/webtimemedias/wtm_article53636.fr.htm