Ralentissement de l’activité, contraction de l’investissement, repli du nombre de PME exportatrices : le rapport d’OSEO sur l’état des PME en 2008 conclut sans surprise à un impact négatif de la crise sur les PME, même si les PME innovantes semblent plus résistantes.
« Le portrait d’une population en 2008 pourrait paraître décalé. (…) Cependant, ce travail d’analyse et de synthèse permet d’anticiper les besoins des PME et de leur proposer des solutions avec le plus de réactivité possible. (…)

L’urgence n’est pas seulement d’aider les entreprises à passer le cap de la crise, mais aussi et surtout de leur proposer les meilleures solutions pour préparer sans attendre la reprise » explique François Drouin, PDG d’OSEO, dans la préface du rapport (1) de l’Observatoire des PME d’OSEO.
Les principaux enseignements de cette 5e édition, qui concerne donc l’année 2008, montrent un ralentissement de la croissance du nombre de créations d’entreprise, une hausse du nombre de défaillances d’entreprises (+ 13 % par rapport à 2007) et un recul de l’activité en fin d’année. Le rapport souligne également une importante contraction de l’investissement (mi 2009, 43 % des PME prévoyaient d’investir contre 57 % mi 2008 et 66 % mi 2007) et un repli du nombre de PME exportatrices. Ces tendances se retrouvent dans l’ensemble des pays de l’OCDE, qui ont tous mis en place des dispositifs de soutien aux PME intervenant principalement sur le financement.

Les PME innovantes et les Pôles de compétitivité

En matière d’innovation, l’étude porte sur un peu plus de 6 500 PME engagées dans un processus d’innovation en 2008. Ces PME innovantes (2) « emploient au total 150 000 personnes et réalisent un chiffre d’affaires global de l’ordre de 24 Md€, dont un quart est réalisé à l’exportation. Quant au montant total des projets d’innovation en cours, il s’élève à 2,6 Md€, soit en moyenne 11 % de leur chiffre d’affaires  » précise le rapport. Une implication croissante des PME, en particulier des petites entreprises et des très jeunes, en innovation et en R&D, couplée à une stratégie d’internationalisation, est mise en évidence.
L’étude constate également une « modification des comportements d’innovation avec une participation de plus en plus forte dans les réseaux d’innovation, comme les pôles de compétitivité où le nombre de PME membres croît d’année en année.  » Ainsi, les PME ont un poids plus important dans les pôles « nationaux », même si les pôles mondiaux et à vocation mondiale ont réussi à attirer un nombre important de PME (plus de la moitié des établissements membres).

En 2007, 90 % des nouveaux membres des pôles ont des PME et 85 % des entreprises impliquées dans les pôles sont des PME, contre 83 % en 2006.

Profil des PME innovantes

Ces PME, impliquées dans l’innovation, sont principalement des entreprises de taille plutôt modeste et disposent d’une « propension naturelle à adresser les marchés étrangers » Du fait du caractère diffusant et transversal de leurs innovations, les PME ayant des activités informatiques (programmation et édition de logiciels) qui représentent 85 % des PME innovantes du secteur information et communication, soit 18 % de l’ensemble des PME. Par ailleurs, le rapport souligne que « les créations d’entreprises innovantes se développent davantage dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques (30 % contre 18 %) et les activités relevant de l’information et de la communication (26 % contre 19 %).  » Les régions Ile-de-France et PACA concentrent chacune un tiers de ces PME innovantes, correspondant à la part des PME collaborant avec les pôles de compétitivité ou encore bénéficiant du CIR.
7 janvier 2010, Elsa Bellanger

(1) Rapport réalisé en partenariat avec l’Insee, la Banque de France, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministère de l’Economie et des Finances, la Direction générale des douanes, l’OCDE, la CDC, l’Observatoire économique de l’achat public, l’Afic et Altares (2) Analyses menées à partir des entreprises innovantes soutenues par OSEO, ou membres d’un pôle de compétitivité, ou bénéficiaires du statut JEI (Jeune Entreprise Innovante), du CIR (Crédit Impôt Recherche) ou d’un investissement de la part des FCPI (Fonds Commun de Placement dans l’Innovation)

Voir: http://www.innovationlejournal.com/spip.php?article5117