Le centre Kortrijk Xpo a accueilli ce jeudi 4 mars un moment important pour l'Eurométropole Lille - Kortrijk -Tournai. Les acteurs des mondes de l'entreprise, de la recherche, de la formation, les élus du Groupement européen de coopération territoriale ont échangé autour de l'excellence en matière d'innovation du territoire transfrontalier. Pour toujours plus de coopération et d'attractivité.

"Ce soir est un moment important", a déclaré Jean de Bethune, président du conseil provincial de Flandre occidentale, en introduction."Ce peut être le départ d'un développement commun réussi. Dans le monde d'aujourd'hui, la création de réseaux transfrontaliers dynamiques est essentielle. Nous devons avoir une unité de vision et d'approche sur le terrain social et économique. Avec la crise, nous avons tout intérêt à surmonter ensemble les obstacles qui freinent l'esprit d'entreprise, l'innovation, la nécessaire reconversion de notre tissu industriel.

Nous devons faire le choix de l'économie de Lisbonne, celle de la connaissance".

"La qualité des acteurs d'une économie qui crée de la richesse "

Au nom de Martine Aubry, présidente de Lille Métropole Communauté urbaine, Michel-François Delannoy, président du groupe de travail Développement économique de l'Eurométropole à ,quant à lui, exprimé sa satisfaction de voir réunis plus de deux cents acteurs du territoire "de l'économie réelle, celle qui crée de la richesse et des emplois".

"Etre le premier groupement européen de coopération territoriale nous donne des responsabilités" a t-il ajouté, déclarant que la venue prochaine, le 9 avril prochain de Herman van Rompuy à l'assemblée générale de l'Eurométropole, montrait l'importance que le nouveau président du Conseil européen portait à la démarche de partenariat transfrontalier qui unit depuis deux ans Lille-Kortrijk-Tournai.

Les pôles de compétitivité

Les pôles de compétitivité, d'excellence, ou encore les clusters basés en Métropole lilloise, en région Nord-Pas-de-Calais, en Flandre ou en Wallonie illustrent parfaitement cette démarche de mise en relation des bonnes pratiques et de mise en réseau des acteurs. " Ils sont le fondement et le catalyseur de l'innovation, de l'attractivité, de l'accompagnement territorial, de la formation... ", a rappelé Michel-François Delannoy. Ce dynamisme d'aujourd'hui s'expliquant en premier lieu par l'histoire de ce territoire, "il a connu des tornades sur le plan économique, un phénomène de desindustrialisation. Il a en commun des acteurs qui ont toujours su trouver les ressources pour forcer son destin. Nous souhaitons le faire ensemble dans cette convergence des énergies, des ressources et des intelligences"; a t-il poursuivi.

"Penser et agir en mode collectif"

Les différentes tables rondes proposées ont rappelé l'évidence : pour travailler ensemble, il faut se connaître.

"Les pôles de compétitivité de la région sont des usines à projets. Et ils ont vocation à l'échelle du pays, de l'Europe d'animer des réseaux d'acteurs, des correspondants. C'est le but de cette soirée", a déclaré Thomas Pillot, chef de service développement industriel et technologique DREAL Nord-Pas-de-Calais.

Pour Etienne Vervaecke, directeur général du pôle Nutrition, Santé, Longévité (NSL) basé à Loos, au cœur d'Eurasanté, " travailler à des projets ambitieux, qui ont du sens, ne peut plus se faire chacun de son côté".

Selon lui il faut désormais "penser et agir en mode collectif". Il a par ailleurs insisté sur l'importance d'envisager des modes et des circuits de financements communs "pour sauter les barrières", les financements Interreg étant de ceux-là.

Rejoint par Vincent Leclerc, directeur général du CRRAV, le Centre régional de ressources audiovisuelles, lequel appelle de ses voeux des mécanismes financiers incitatifs.

La table ronde "textile, a été l'occasion pour Stéphan Vérin, délégué général d'Up-tex d'évoquer l'arrivée du Centre européen du textile innovant (CETI) sur le territoire où le textile renaît, celui de la santé, de l'aéronautique, de la mode et du design aussi.

Le mot de la fin est revenu à Philippe Luyten, président de la chambre de commerce et d'industrie de la Wallonie picarde, lequel a insisté sur l'impérieuse necessité de "soutenir l'entrée des petites et moyennes structures au sein des pôles, dans leurs réseaux de connaissance et leur accès aux liquidités".

Les pôles de l'Eurométropole

La région compte cinq pôles de compétitivité, dont quatre sur la Métropole lilloise : UP-tex et PICOM à Marcq-en-Baroeul, NSL au sein d'Eurasanté à Loos, Maud au parc scientifique de la Haute-Borne à Villeneuve-d'Ascq et i-Trans à Valenciennes.

Par ailleurs, onze pôles d'excellence économique régionaux sont identifiés dans le Schéma régional de développement économique. Parmi lesquels, ceux concernés par l'Eurométropole : Le Pôle images à Tourcoing, le pôle éco activités à Loos en Gohelle, le pôle agroalimentaire à Arras et le Pôle logistique à Hénin-Beaumont.

En Flandre, un pôle de compétence concerne l'Eurométropole : Flanders In Shape pour le design industriel à Courtrai. Un autre est en cours de création : Flanders Plastic'Vision, également à Courtrai. La Flandre occidentale dispose également de centres de connaissance industrielle et de recherche dont certains au sein des hautes écoles.

La Wallonie organise quant à elle ses réseaux d'entreprises au sein de 14 clusters et de cinq pôles de compétitivité : Skywin, Biowin, Wagralim, Logistics in Wallonia et Mecatech. 

Voir: http://www.lillemetropole.fr/index.php?p=1180&art_id=18208