Le programme Pacte PME, destiné à « faciliter l’instauration de nouvelles relations entre PME et grands comptes », s’est mué hier en association, toujours avec l’ambition de renforcer le tissu industriel des PME et de favoriser l’émergence d’ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire).
« Après avoir porté le programme Pacte PME pendant 3 ans, le comité Richelieu est fier de pouvoir transmettre ce programme au sein d’une structure paritaire, regroupant grands comptes et représentants de l’ensemble d’un écosystème, des PME à potentiels aux Pôles de compétitivité. Cette transformation répond aux défis économiques auxquels grands groupes et PME sont confrontés et par laquelle le partage des enjeux permet la convergence des intérêts  » déclarait hier Jean Pierre Gérault, Président du Comité Richelieu, lors du lancement de l’association Pacte PME.

Un Small Business Act « volontaire, participatif »

Lancé en 2006 et piloté par le comité Richelieu, avec le soutien financier d’OSEO, le programme Pacte PME visait à « faciliter l’instauration de nouvelles relations entre PME et grands comptes  ». Depuis sa création, la part des PME dans les achats des grands comptes participants a augmenté de 10 %. Hier, le 22 juin, 31 grands comptes représentant 210 milliards d’euros d’achats annuels et 10 organisations professionnelles fondait l’association Pacte PME. L’initiative est soutenue financièrement par la DGCIS (Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services) à hauteur de 1,2 million sur trois ans. « Il ne s’agit pas d’un Small Business Act (SBA) à l’américaine puisque la législation européenne ne le permet pas, mais plutôt d’un SBA volontaire, participatif  » souligne Henri Lachmann, Président du Pacte PME et président temporaire de l’association. « L’idée est de créer un environnement en bonne santé et de pallier à l’insuffisante solidarité  » poursuit-il. Au delà du renforcement du tissu industriel des PME, l’ambition est de favoriser la création de nouvelles ETI (Entreprise de Taille Intermédiaire), cinq fois moins nombreuses en France qu’en Allemagne.

De nouveaux outils

Concrètement, l’association mettra en place un certain nombre de nouveaux outils. « Un comité paritaire de suivi (trois PME et trois grands comptes) analysera chaque mois les actions de trois grands comptes sur des critères quantitatifs (part des PME dans les achats) et qualitatifs (bonnes pratiques, retour d’expériences des PME), afin d’identifier et généraliser les pratiques exemplaires et éviter tout comportement abusif  » confie Emmanuel Leprince, Directeur général de l’association Pacte PME et délégué général du Comité Richelieu. Des actions de sourcing seront également développées pour faciliter l’identification des PME par les grands comptes.

Parallèlement, un système de parrainage par les grands comptes devra permettre aux PME de s’insérer dans un réseau et de nouer de nouveaux partenariats. « En complémentarité avec l’apport des pôles de compétitivité en termes de partenariats, l’intérêt est de renforcer les relations avec les PME innovantes et de s’insérer dans un écosystème pour porter la R&D » souligne Martha Heitzmann, directrice de la R&D chez Air Liquide.

23 juin 2010, Elsa Bellanger

Voir: http://www.innovationlejournal.com/spip.php?article5752