Pour pratiquer la radiothérapie chez les malades atteints du cancer, on utilise des accélérateurs linéaires de particules. Des appareils de grande précision qui agissent par destruction des cellules malades. « Ce sont des équipements potentiellement très dangereux », souligne Stéphane Beaumont, docteur en physique radiologique et directeur technique de la société Qualiformed. « Des appareils qu’il faut contrôler régulièrement pour en garantir le bon fonctionnement. »

Le souci, c’est qu’il n’existait pas de solution de contrôle en dehors d’une série de tests manuels ou de développements maison des hôpitaux, cliniques et centres anti-cancer disposant d’un service de radiothérapie.

La société Qualiformed s’est créée en 2006 pour combler ce manque. Sa raison d’être : l’automatisation des contrôles des appareils de radiothérapie et d’imagerie médicale.

La PME de la Roche-sur-Yon développe et commercialise rapidement une première version de sa solution. Puis elle profite de l’appel à projets PME 2007 pour se lancer dans le projet QUALINAX avec deux partenaires : le centre anticancéreux Paul Papin d’Angers pour définir les besoins et réaliser les premières expérimentations, et l’Institut de recherche en communications et cybernétique de Nantes (IRCCyN) pour son expertise en traitement d’image et en sécurisation de base de données.

« L’avantage du projet QUALINAX, c’est qu’il nous permettra de couvrir l’ensemble des besoins : les contrôles à base d’acquisition et d’analyse des images, les mesures de dosage, la vérification des dispositifs de sécurité, la maintenance, ainsi que la sauvegarde des mesures et des rapports dans une base de données. Cet ajout d’une base de données sécurisée est un nouvel étage indispensable pour nos clients. »

Démarré fin 2008 pour une durée de deux ans, le projet n’est pas encore terminé qu’il intéresse déjà fortement : « Nous sommes aujourd’hui au 2/3 du projet, et, déjà, cinq clients nous ont acheté la solution. Elle est très modulaire, ce qui nous permet de travailler par tranches. L’application sera commercialisée dans un premier temps sans la maintenance, qu’il nous restera à développer. »

« Du point de vue technique on ne rencontre pas d’obstacles particuliers. Nous avions de l’antécédent, nous savions où nous allions. Ce qui nous a créé des difficultés, c’est le marquage CE, une obligation réglementaire que nous n’avions pas prévue. Nous avons été contraints de recruter du personnel supplémentaire spécialisé dans la qualité, un effort très lourd pour une petite structure comme la nôtre. Mais l’essentiel, c’est qu’une première version sera prête fin juillet. Elle sera commercialisée dès l’automne. »

Voir: http://blog.images-et-reseaux.com/qualinax-controle-les-appareils-de-radiotherapie/06/2010/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=qualinax-controle-les-appareils-de-radiotherapie