Troisième année pour AgriMip innovation. Troisième pôle de compétitivité à avoir été créé en Midi-Pyrénées, la structure accompagne des projets innovants à fort potentiel.

Photo_AGRIMIP

Trois ans après sa création, le pôle de compétitivité AgriMip Innovation dresse un bilan d’étape sur son activité.

Il recense 180 adhérents et 190 projets labellisés dont 53 retenus pour des subventions publiques à hauteur de 33,7 millions d’euros. Il espère dépasser les 200 membres cette année. « En soufflant ses trois bougies, AgriMip Innovation est reconnu de tous et par tous et prend toute sa dimension », commente Alain Châtillon, le président du pôle toulousain.

Lors de l’assemblée générale d’AgriMip, tenue jeudi 12 mai dernier, Alain Châtillon a notamment rappelé la bonne stratégie menée à travers le dispositif des agro-chaînes. Un concept qui, il y a quelques années lui avait permis de faire émerger la culture du soja en France, en accompagnant tous les acteurs agri et agro de la chaîne de production de cette culture.

La stevia pourrait suivre le même chemin, avec le projet Stevianov, qui vise à développer en Midi-Pyrénées - précisément avec la coopérative de agricole de Salvagnac dans le Tarn - l’implantation et le développement de la stevia ; une plante sud-américaine à fort pouvoir sucrant. Labellisé en novembre, et pour moitié financé par des aides publiques (1,9 millions d’euros sur 3,8 millions d’euros), le projet Stevianov devrait démarrer en septembre 2011 et s’achever mi 2015.

Étendre les partenariats à l’international

D’autres projets emblématiques sont également sur les rails et ont été présentés lors de l’assemblée générale.

Agrielec, par exemple, cherche à développer une production d’électricité à partir de déchets des filières agricoles et forestières. Celle-ci passerait par la conception de piles à combustibles innovantes. Ou encore, le projet Roquefort’in, un système d’élevage innovant qui doit permettre de gagner en qualité sur la production de lait de brebis.

Reste désormais pour AgriMip Innovation à développer son réseau et ses actions de lobbying. Le pôle veut étendre ses actions de partenariat à l’international et compte lancer un club de l’innovation, le cinquième du genre sur ce pôle. Ces actions seront importantes pour la suite du pôle : l’État n’a pas caché sa volonté de réduire le nombre de pôle de compétitivité en travaillant sur leur nouvelle version, et AgriMip Innovation ne veut pas partir avec l’eau du bain.
 
M.V.

(Sur la photo : Patrice Roché, directeur et Alain Chatillon, président d’AgriMip innovation. Photos H.R. - Touléco)

Voir: http://www.touleco.fr/AgriMip-accompagne-le-4297.html