Didier Bonnet et Christian Lienhardt-27/03/2012 

Un peu délaissée depuis 2007 par les investisseurs étrangers, l'Alsace est redevenue très accueillante l'année dernière.

Avec 43 dossiers et 1.820 emplois « créés ou sauvegardés » par des entreprises à capitaux étrangers, l'Alsace représente 7 % de tous les emplois de cette catégorie en France en 2011, alors que la région ne compte que 2,8 % de la population. Depuis 2007, l'Alsace n'était que sixième au classement national et même huitième en 2010 avec, cette année-là, 860 emplois créés ou maintenus.

« Les pouvoirs publics ont toujours cru en l'industrie et la stratégie de développement des pôles de compétitivité s'appuie sur cet axe de développement, commente Vincent Froelicher, directeur de l'Agence de développement économique du Bas-Rhin (Adira). D'autre part, les élus travaillent ensemble, sans considération de couleur politique. » Les investisseurs proviennent de 14 pays, même si l'Allemagne et les Etats-Unis restent leaders, avec chacun 23 % des dossiers.

Parmi les principaux projets recensés par Invest in France, ceux de Kuhn (machines agricoles à Saverne), les montres Fossil à Monswiller, le projet du plasturgiste Capitol à Niederbronn-les-Bains, Mars Alimentaire à Haguenau, où l'usine alsacienne a été choisie par la direction américaine au détriment d'un site polonais, etc.

D'autres dossiers témoignent de la poursuite du développement de grandes entreprises, comme Mercedes-Benz à Molsheim, l'équipementier Wurth dans la région de Strasbourg, le logisticien Wincanton-Mondia ou Triumph international (lingerie).

La capacité régionale à fournir des terrains, des locaux et à favoriser des montages immobiliers très rapides a aussi joué en faveur de ces projets, sachant que l'Alsace a aussi accueilli six sièges sociaux, notamment celui du russe Doctor Web en France (une trentaine d'emplois comptabilisés). Alsace international, l'agence régionale de développement économique, escompte d'autres implantations, même modestes.

Deux gros projets à venir

Deux dossiers importants sont en attente : l'un positif, la concrétisation de la nouvelle unité de SEW-Usocome (fabrication d'équipements de recharge de véhicules électriques) qui devrait intervenir dans les semaines à venir. Elle pourrait être plus importante qu'annoncé, avec plusieurs centaines d'emplois attendus. L'autre est défensif, avec l'avenir du papetier Stracel (260 salariés) mis en vente par son propriétaire, le groupe finlandais UPM-Kymmene, avec de sérieuses chances de reprise selon des proches du dossier.

Pour sa part, le suisse EMB pourrait être amené à renforcer sa filiale alsacienne EMB Thermique. La coopérative bâloise de distribution d'électricité et de vente de chaleur semble décidée à conquérir le marché français des énergies renouvelables à partir de sa base alsacienne.

Voir: http://www.lesechos.fr/economie-politique/regions/alsace/0201971709139-l-alsace-a-le-vent-en-poupe-306031.php

Patrick Barbieri
PB VEILLE CONSULTING
L'information au service de l'entreprise

http://www.pb-veille-consulting.com