Le 31 août 2011 par Anne Devailly (Languedoc-Roussillon)
 
Investissement. Labellisé par le pôle de compétitivité Trimatec, le projet Salinalgue vise la culture d’une micro-algue native - Dunaliella salina - à grande échelle (en milieu ouvert sur des salines inexploitées) et son bioraffinage afin de commercialiser différents bioproduits, dont un biocarburant de troisième génération.

Le projet devait d’abord utiliser les anciens bassins des Salins du Midi sur la côte gardoise. Mais c’est finalement dans l’Aude, sur le site de Gruissan, que les premières cultures vont voir le jour cet automne, là encore dans les anciennes salines des Salins du Midi.
 
Les premiers bassins ont été construits en milieu ouvert et en bord de mer, et la mise en culture de la micro-algue Dunaliella Salina commencera cet automne. Le projet permet à la fois d'envisager une production industrielle pour le secteur des bioénergies et a l'avantage de revaloriser d'anciennes salines et donc de maintenir l'écosystème existant.
 
Les équipements de Gruissan représentent un premier pilote industriel, qui doit à terme mener à un déploiement industriel qui aura lieu à partir de 2015, sur un autre site non encore défini, mais qui pourrait comprendre plusieurs milliers d’hectares.
 
Salinalgue est porté principalement par Biocar, filiale de la Compagnie du vent (groupe GDF-Suez) et regroupe une douzaine d’acteurs, PME, grands groupes et laboratoires universitaires. L’ensemble du projet mobilise 5 millions d’euros qui seront investis sur cinq ans.

Voir: http://www.usinenouvelle.com/article/la-culture-de-micro-algues-demarre-cet-automne-dans-l-aude.N157635