Le 05 mai 2011 par Pascale Braun (Lorraine)

Premières fuites sur les gagnants des Instituts de recherche technologique, une des "briques" des Investissements d'avenir : Metz est retenu et un des projets nantais a obtenu des assurances.

La Lorraine tout entière se réjouit de la labellisation au titre des Investissements d'avenir du projet de recherche technologique M2P (Matériaux, Métallurgie, Procédés), conduit par les universitaires, les dirigeants d'entreprise et les collectivités régionales.

Effectuée par un jury international, cette sélection lance la construction d'un centre de recherches mondial mixte public-privé pour un montant de 100 millions d'euros, auxquels s'ajouteront 20 millions d'euros de frais de roulement. Equipé de plateformes technologiques, l'IRT Matériaux s'implantera sur 15 000 m² et regroupera jusqu'à  300 chercheurs sur le technopole de Metz.

"Les matériaux étaient jusqu'à présent considérés comme un secteur diffus, qui retrouve de l'intérêt depuis cinq ans. Ils apparaissent dorénavant comme des éléments sous-jacents à la compétitivité de différents secteurs tels l'aéronautique, l'automobile ou l'énergie. Sur ces enjeux industriels majeurs, la Lorraine pourra redévelopper un savoir-faire que le non-renouvellement des compétences met en danger", estime Olivier Bonnet, directeur du pôle de compétitivité Matéralia.

Le Grand emprunt aura permis au pôle lorrain, rejoint par trois autres pôles de compétitivité du grand Est de la France, de concrétiser un projet dont la Lorraine attend un grand retentissement. L'engagement d'industriels implantés en région, dont la direction de l'innovation de PSA Peugeot Citroën, ArcelorMittal Research et Saint-Gobain PAM, s'est avéré déterminant. Outre ses bases messines, l'IRT s'implantera également sur un site regroupant Belfort-Montbéliard et à Troyes.

L'université lorraine qui associe désormais Metz et Nancy,  la création de l'institut Jean Lamour à Nancy et celle de l'institut Lafayette à Metz constituent autant de prometteuses concordances pour une région qui n'a pour l'heure guère été servie lors des premières moissons des appels à projets soumis au Grand emprunt.

A Nantes, l'IRT Jules-Verne, porté par le pôle EMC2, semble également avoir été retenu, selon une indiscrétion du conseiller en communication de l'Elysée, Franck Louvrier, élu régional cité par Ouest France. Il s'agit là aussi de recherche sur les matériaux (composites, métalliques) et sur les structures hybrides. La participation de l'Etat est annoncée à 200 millions d'euros.

L'annonce officielle des lauréats des autres IRT est attendue pour la semaine prochaine.

Voir: http://www.usinenouvelle.com/article/l-irt-materiaux-lorrain-estampille-investissements-d-avenir.N151404